LIVRES:


L'HOMME DU SOUS-SOL, 2013

A PROPOS DE BARBECUE ET DIVERS TROUBLES, 2008

LORSQUE LES PEUPLES DISPARAISSAIENT, 2003

VRAIMENT?, 2000

LEVE HAUT TON FLAMBEAU, 1996
"Le récit de Hasanović n'est donc pas seulement une psychobiographie de ses personnages, mais aussi une satire et une individualisation de l'histoire de l'espace bosnien et des régions similaires..."

"A PROPOS DE BARBECUE ET DIVERS TROUBLES"

(roman, 184 p., 2008, Zagreb, Algoritam)

Lire un extrait


QUATRIEME DE COUVERTURE

Le premier roman de Nihad Hasanović À propos de barbecue et divers troubles [O roštilju i raznim smetnjama] s'ouvre en entraînant le lecteur vers une scène de barbecue du Premier mai aux abords de la rivière Una; une scène tout à fait ordinaire et magistralement écrite qui témoigne de la vie de ceux qui sont à l'aube de leurs trente ans. La nature est éblouissante, la viande est parfumée, on boit, on rit – il y a en qui exagèrent aussi –, tout va comme il faut et selon toute apparence, même le temps historique et météorologique est favorable à l'homme.

Pourtant, les personnages, en premier lieu Šefik, Selver et Mirela, commencent à se révéler et à se découvrir dans toute leur sensibilité, retournée par la guerre et par la vie de l'après-guerre; ils découvrent les failles qui, depuis les tréfonds de la psyché, vont se transformer en crevasses. Le normal s'avère comme un idéal difficile à entretenir; une simple négligence médicale et un décès semblent déclencher le réveil des bêtes noires qui couvaient sous les crânes. Il s'avère que rien n'est fini, que la vie est un processus empoisonnant; que, par exemple, les sévices subis par Selver dans la sombre ville de Mrkonjić-Grad au cours de la guerre n'ont fait que se tapir en lui; que Šefik, après ses multiples errances et tatônnements, essaie de résoudre sa peine en s'appropriant une nouvelle identité et en changeant de nom, tandis que Mirela endure des accès de panique.

La racine de ce quelque chose démoniaque qui envahit les personnages en les asservissant doucement pourrait être localisée, avant tout, dans un ensemble métapersonnel, politique, qui se rapporte aussi à l'intimité de la chambre et à l'héritage. La seule action de nos héros qui soit concrète, collective et corrective puis vraisemblablement thérapeutique, qui consiste à transformer le musée du Conseil antifasciste de libération populaire de Yougoslavie en un musée-club citadin moderne – tentative d'émancipation du passé et d'ouverture vers l'avenir –, se meurt dans un murmure sans gloire.

Le récit de Hasanović n'est donc pas seulement une psychobiographie de ses personnages, mais aussi une satire et une individualisation de l'histoire de l'espace bosnien et des régions similaires – depuis Mrkonjić-Grad, Sarajevo, Zagreb, le mont Velebit jusqu'à un patelin norvégien; c'est une plongée, à tout le moins une oeillade, dans les courants spirituels mondiaux et locaux, une observation sur la vie, l'amour, la guerre, le sexe, les maladies, les obsessions, le refoulement…

Ce livre n'est pas pour les coureurs mais pour ceux qui marchent pieds-nus, pour ceux qui préfèrent le slow food au fast food.


Lire un extrait


retour à la page principale
partager
textes divers
LISTE DE DISTRIBUTION

SUIVRE SUR TWITTER
e-mail